Le Roller Derby

Le roller Derby voit le jour en 1925. C’était au départ une course d’endurance sur piste. Les participantes finissaient par se bousculer les unes les autres afin de gagner la course, qui durait des heures.

C’est à la fin de la deuxième guerre mondiale, que le roller derby refait son apparition à Paris. En 1947, le « Vel’d’Iv » (Palais des sports) présente des compétitions de « roller-catch ». Ces compétitions consistent en l’affrontement de deux équipes, les bons et les méchants. Les coups d’épaules, les croches pieds, les coups de pieds sont autorisés. Ces courses très brutales et fertiles en rebondissements, rassemblent un public enthousiaste.

Le roller derby se développe donc sous une forme de catch à roller. La période d’âge d’or du roller derby durera jusqu’aux années 70.

Aujourd’hui, cette discipline se développe et se structure rapidement. La plupart des ligues de Roller Derby suivent les règles officielles établies par la WFTDA (Women’s Flat Track Derby Association).

Il se pratique sur un terrain de forme ovale et oppose deux équipes de cinq joueuses. Une équipe se compose de 3 bloqueuses, 1 pivot et 1 attaquante (la jammeuse). Les positions des joueuses sont distinguées par leur casque, ainsi, une bande de couleur est collée sur le casque du pivot, un casque avec deux étoiles est porté par l’attaquante et un casque vierge est utilisé pour les bloqueuses.

Toutes les bloqueuses doivent rester dans un groupe compact (le pack) ou maximum 6 mètres devant ou derrière. La pivot est la seule bloqueuse qui peut devenir jammeuse pendant le jeu.

2015-06-BanditsMachos-01

L’attaque et la défense se jouent simultanément. Aidée par ses coéquipières, la jammeuse de l’équipe doit franchir le mur adverse, autant de fois qu’elle le peut dans des périodes de deux minutes (que l’on appelle « jam »). On marque des points en passant les bloqueuses adverses conformément aux règles. La première jammeuse à passer le pack devient « lead jammer » et peut demander à l’arbitre d’arrêter le jeu avant la fin des deux minutes (jam, période). C’est donc un sport ou la stratégie est très présente, puisque le moment ou la lead jammeuse va choisir (ou non) d’arrêter le jam en cours, est assez décisif.

Pour entraver le jammer de l’équipe adverse, les joueuses peuvent la bloquer à l’aide des parties du corps au-dessus de la mi-cuisse, à l’exclusion des avant-bras, des coudes, des mains et de la tête.

Des pénalités sont infligées aux patineuses qui bloquent illégalement,  se comportent d’une manière antisportive ou enfreignent les règles. Les sanctions possibles incluent l’envoi de joueuses en prison et l’expulsion des joueuses.

Le port d’un casque, de protèges poignets, coudes, genoux et un protège-dents est obligatoire. Ceci pour préserver son intégrité physique, les contacts et chutes faisant partie du jeu.

2015-06-Bananas-01

Chaque match se compose 2 de mi-temps de 30 minutes. Au bout d’une heure de jeu, l’équipe vainqueur est celle qui a marqué le plus de points en dépassant les joueuses de l’équipe adverse.

Sources : https://fr.wikipedia.org/wiki/Roller_derby
Complément :
Le roller derby expliqué par la WFTDA (vidéo en anglais ): http://wftda.com/faq/playing-flat-track-roller-derby
Crédit photos : Benoist Antoine Gelin http://www.gelin-photo.com/about